Palioù Diwan

  •  Offrir une scolarité complète en breton : de la maternelle au baccalauréat

  • S’appuyer sur une culture enracinée dans un environnement vivant : beaucoup de personnes, notamment en Basse-Bretagne, parlent le breton au quotidien et de nombreux écoliers ont encore une ou plusieurs personnes dans leur entourage familial, pour qui le breton a été la langue maternelle.

  • Permettre à des enfants d’apprendre leur histoire, « à la source » dans la langue commune à leurs ancêtres.

  • Par le bilinguisme précoce, favoriser un développement psychologique, intellectuel et social riche, et préparer efficacement à la maîtrise de plusieurs langues, nécessité pour les Européens de demain.

  • Le rôle de l’école n’est pas uniquement de transmettre un savoir mais aussi de permettre à chaque enfant de construire sa propre personnalité. Une identité culturelle forte donne des repères souvent absents pour nombre de jeunes aujourd’hui. En cela c’est un facteur de socialisation, basé sur la tolérance et le goût de l’échange.
  • Kinnig ur skoliata klok eus ar skol-vamm betek ar vachelouriezh.

  • Kemer harp war ur sevenadur gwriziennet en un endro bev : kalz tud, dreist-holl e Breizh-Izel, a ra bemdez gant ar brezhoneg ha kalz skolidi zo dezho en o familh un den, pe meur a hini, zo ar brezhoneg e yezh kentañ.

  • Reiñ d’ar vugale da zeskiñ o istor  » ouzh ar vammenn  » e yezh o hendadoù.

  • Aesaat dre an divyezhegezh un diorroadur psikologel, speredel ha sokial pinvidik, hag ober un hent efedus evit mestroniañ meur a yezh, un dra ret evit Europiz warc’hoazh.

  • N’eo ket karg ar skol treuzkas anaoudegezhioù nemetken, met ivez reiñ tu da bep bugel da sevel e bersonelezh dezhañ. Bezañ dieub, evit un den, eo gouzout piv eo evit bezañ gouest da anavezout ar re all. Spisverkoù a vez roet gant ur bersonelezh sevenadurel kreñv, spisverkoù ha ne vez ket anezho alies evit kalz tud yaouank hiziv. Kemer a ra perzh er sokializadur a zo diazezet war ar c’houzañvidigezh hag ar c’hoant eskemm.